Comment améliorer la motivation au travail ?

La motivation au travail est un vaste sujet, qui concerne chacun de nous à titre individuel et nos organisations à titre collectif. Pour ma part cela fait une vingtaine d’années que je consacre une bonne partie de mon activité professionnelle à comprendre, améliorer et activer les mécanismes de la motivation au travail, que l’on appelle aussi parfois l’engagement au travail.engagment Motivation au travail

A ce jour j’ai accompagné plus de 500 groupes ou équipes pour développer la cohésion d’équipe avec comme dénominateur commun le concept de motivation au travail.

Coach systémique certifié, mon approche est résolument celle d’une co-construction et d’une lecture globale de chaque situation en entreprise ; comprendre le système qui prédomine dans une équipe ou une organisation est chez TeamForDevelopment notre mode de lecture, de compréhension et d’accompagnement.

Cet article tente de récapituler les clés nécessaires à une bonne compréhension de la motivation au travail et de vous aider, lecteur, à vous approprier « vos » fondamentaux pour développer votre motivation au travail et celle de vos collègues ou collaborateurs…….

Lire la suite de ce témoignage de Thierry Pacaud* sur le blog de Team For Development en cliquant ici.

 

* Thierry Pacaud.  Dirigeant, Coach Systémique exécutif certifié, psycho-praticien en Programmation Neuro-Linguistique (PNL) | Président du Cercle pour la Motivation | Vice-Président IdF de l’International Coach Fédération

Motivation 3.0 | Les Chroniques Iniques

Un excellent article qui mixe différentes sources avec efficacité. Nos vous en souhaitons bonne lecture !

Personnellement et en complément, je pense que la pertinence et le sens créent l’énergie qui anime l’intention. Sans intention, il n’y a pas de mesure de l’autonomie, ni de notion de maîtrise.

: « l’envie de faire ce que nous faisons au service de quelque chose qui nous dépasse ». Par nature, nous cherchons le sens de ce que nous faisons, de notre métier, de pourquoi nous nous levons le matin, le sens de nos vies. Lorsque ce sens se perd, devient confus, alors l’énergie consacrée semble disparaitre. Continuer à agir demande alors un effort énorme pour aller puiser dans nos réserves. De plus, ce sens sera d’autant plus énergisant pour la plupart, si il nous porte vers quelque chose de plus grand que nous, que ce soit un idéal, une cause ou l’avenir de nos enfants.

: « l’aspiration de se surpasser pour quelque chose qui compte ». La maîtrise, devenir meilleur dans quelque chose qui compte, demande de l’. C’est un état d’esprit, c’est une démarche que nous avons tous individuellement. Progresser dans la maîtrise est difficile, cela demande de l’effort et de la pratique. La maitrise est entretenue par les challenges qui sont à la fois ni trop difficiles, ni trop faciles.

: « le désir de diriger nos propres vies ».  Nous avons besoin d’autonomie dans ce que nous faisons, quand nous le faisons, comment nous le faisons et avec qui nous le faisons.

Les Chroniques Iniques sont un recueil de pratiques de managers qui semblent avoir été répandues à une époque lointaine. Elles ont manifestement été rédigées durant une période de grand changement des pratiques managériales, changement qui s’est produit dans notre futur.

Les Chroniques Iniques : un ensemble de documents, hors du temps, dont les manuscrits autrefois disparus, ont été retrouvés récemment. Rédigées dans une langue oubliée (eut-elle jamais existé sur terre ?) et à la syntaxe complexe, elles sont rendues publiques au fur et à mesure que les fragments retrouvés sont décryptés.

En réfléchissant à ces questions, il apparait que les réponses sont liées à la perception qu’ont les personnes dans l’équipe de leur autonomie, de leur maîtrise et de ce qu’ils font ensemble.  Je traiterai de ce point dans un prochain article. Certaines entreprises utilisent des principes de fonctionnement qui donnent délibérément une très grande autonomie (par exemple : les personnes choisissent le projet sur lequel elles vont travailler, ou bien elles choisissent avec qui elles vont travailler, ou encore elles choisissent quand elle viennent travailler) et il parait difficile à premier abord de transposer ces principes de fonctionnement dans des structures plus classiques : c’est là qu’interviennent l’innovation et ses processus qui donnent un cadre utile pour pouvoir prototyper et tester en toute sécurité de nouveaux principes de et de motivation pour en garder ce qui créera de la valeur (stratégique, personnelle, sociale, financière, etc.) pour l’entreprise et ses employés. Ce sera là aussi l’objet d’un autre article !

Pour le manager-coach, il s’agit de développer une équipe qui se maintienne continuellement en situation d’être performante, par la connaissance claire de ses limites pour pouvoir les dépasser par la maîtrise d’une part et par le soin qu’elle prend de ses équipiers, de leurs relations et des relations à son environnement d’autre part: autonomie et pertinence. Une telle équipe est donc d’abord une équipe motivée et un aspect clé du rôle du manager comme du manager-coach est de maintenir, développer, protéger la motivation du groupe. L’apport du livre de Dan Pink est d’élargir notre cadre de réflexion et de nous poser a minima 3 questions :

Les accords d’attitude, tels que présentés dans « Manager avec les accords toltèques » constituent un réel apport et support à l’autonomie et à la pertinence partagées par l’équipe. Par ailleurs, ils créent les conditions où les membres de l’équipe peuvent pratiquer et améliorer leur maîtrise en bénéficiant du support et de la protection de leurs co-équipiers. Le point de départ consiste à considérer que la performance nait de la sérénité. Certes, bien souvent, j’entends dire de choses du style : « on se sentira mieux lorsqu’on aura réussi. » C’est vrai, et pour autant cela ne veut pas dire que la sérénité soit un résultat ou une conséquence de la performance. La performance obtenue par le stress et la douleur constitue au mieux un soulagement, une impression d’aller mieux comme quand on cesse de se donner des coups de marteaux sur la tête. Cette approche n’est pas durable, surtout dans l’évolution et le changement permanent constituant à la fois l’environnement et la condition de développement des entreprises. Le point de départ donc est d’avoir une équipe capable de traverser les difficultés en prenant d’abord soin d’elle pour que sa performance soit intacte. C’est le même type de consigne que dans les avions : si vous voyagez avec votre enfant, en cas de dépressurisation, lorsque les masques à oxygène sont libérés, commencez par mettre le votre et lorsque vous respirez correctement, mettez le masque à votre enfant. Si vous tentez le contraire, dans la panique, il se peut que vous soyez deux à suffoquer : votre enfant qui se débat et vous qui perdez peu à peu votre lucidité et vos réflexes pour maitriser votre enfant et le mettre en sécurité.

Pour un manager, agir en manager-coach est une forme d’innovation de chaque instant. Le driver est l’ajustement permanent et conjoint de la performance et de la sérénité de son équipe.

Mais surtout, Dan Pink montre que ces motivateurs extrinsèques, expériences à l’appui, ont des effets « inattendus » lorsque les personnes ont à résoudre des situations ou des problèmes dont les solutions ne sont pas connues, ni répertoriées. Les motivateurs extrinsèques, en effet, ont tendance à diminuer la performance des personnes et des équipes à résoudre des problème complexes et/ou à être créatives et innovantes. Cette baisse de performance pouvant aller jusqu’à l’absence de résolution du problème ou au total désintérêt pour l’action proposée. Ce point peut être perçu comme contraire à notre expérience de la motivation depuis l’enfance (les récompenses, les punitions, les bonnes notes, le bonnet d’âne, les primes, les diplômes, les heures de colle, les citations, la prison, etc.). Et pourtant, quelque chose aussi raisonne pour nous dire que D.Pink a raison : les motivateurs extrinsèques ne font pas tout. Bien souvent, nous pratiquons un sport ou un art, par passion, par cette énergie intérieure qui nous anime sans qu’on ait besoin de le justifier, sans pour autant viser une récompense extérieure particulière. On le fait pour soi. Ce sont alors les motivateurs intrinsèques qui sont à l’œuvre. Quels sont-ils ?

Dans un sens, D.Pink tient pour la motivation un discours proche de celui de G.Hamel au sujet du management, en exprimant que la notion de motivation en entreprise est le plus souvent « périmée » et en tout cas ne tient pas (ou très peu) compte des dernières avancées scientifiques à ce sujet. Pink distingue deux formes d’agents de motivation (ou motivateurs) : les motivateurs extrinsèques à la personne, c’est à dire les récompenses comme les punitions (« la carotte et le bâton ») et les motivateurs intrinsèques à la personne, qui font qu’une personne s’intéresse et s’engage dans l’action.

Dans son livre La vérite sur ce qui nous motive, publié aux éditions Leduc, Daniel PINK traite de la motivation en s’appuyant sur les études scientifiques et psychologiques des quarante dernières années. Pour ma part, j’en ai lu (avidement) la version anglaise : « Drive », D.PINK, aux éditions Canon Gate.

– le rôle de manager-coach ? Il s’agit bien sûr des personnes et plus précisément de leur motivation : motivation à travailler, motivation à être performant, motivation à changer, motivation à résoudre des situations difficiles, etc. Aujourd’hui, je parlerai donc de la motivation, c’est à dire de la source d’énergie dans l’engagement des femmes et des hommes à agir d’une certaine façon plutôt que d’une autre.

 

Motivation au travail, de quoi parle t on ?

Il existe de nombreuses définitions ou interprétations de ce qu’est la motivation, individuelle, personnelle, d’équipe… s’agit il d’envie ? d’envies ? plus que cela ?

motivation panel

Voici deux définitions qui ont le mérite de donner un cadre clair :

Claude LEVY-LEBOYER, auteur de nombreux ouvrages sur la motivation des individus au travail nous propose la définition suivante : «La motivation peut être décomposée en 3 étapes qui se définissent dans le cadre des actions visant la poursuite d’un résultat donné, donc d’une performance :

  1. Le choix de l’objectif ou encore l’acceptation par l’individu d’un objectif qui lui est assigné,
  2. La décision, souvent implicite, qui concerne l’intensité de l’effort que cet individu va consacrer à atteindre cet objectif,
  3. La persévérance dans l’effort au fur et à mesure qu’il se déroule et en fonction des retours d’information sur ses résultats par rapport à l’objectif à atteindre.

Nous le voyons, cette définition s’appuie essentiellement sur l’existence d’un objectif. Il faut ajouter que pour permettre la motivation effective de la personne ou équipe, cet objectif doit « répondre à », et « respecter » certains critères comme : être atteignable, réalisable, suffisamment difficile cependant,  contextualisable, spécifique, écologique pour celui qui tente de l’atteindre, etc …

En d’autres termes, être motivé, c’est essentiellement « avoir un objectif, décider de faire un effort pour l’atteindre et persévérer dans cet effort jusqu’à ce que le but soit atteint ». Cette définition « oublie » selon nous, de préciser la dimension organisationnelle, managériale et psychologique de la motivation.

 

Louis BERGERON, auteur de « Satisfaction, motivation et performance au travail » définit la motivation : « comme une force intérieure, poussant l’individu à agir dans le sens des objectifs organisationnels, tel qu’il les perçoit. Il s’agit donc d’une optimisation de l’effort vers un but précis et non d’une simple dépense d’énergie». Cette définition à le mérite d’ouvrir le champs de la dimension intrinsèque « psychologique » : le sens de mon engagement, les valeurs qui font mon identité, l’impact de l’équipe sur moi, l’influence du management… etc.

C’est cette approche que nous favorisons au Cercle pour la Motivation car elle permet d’ouvrir sur les facteurs de motivation intrinsèques, interne à l’individu ou à l’équipe d’individus considérés.

Ces leviers motivationnels sont multiples et variables en fonction de l’organisation, de l’activité professionnelle, du marché, du profil des salariés, etc …

Vous pouvez trouver dans d’autres articles du blog du Cercle pour la Motivation les développements de ces « leviers ».

Conférence-Atelier sur la motivation et le management motivant

Offrez à vos managers et équipes une conférence-atelier inspirante, sur les ressorts humains de la motivation du 21 ème siècle.

Savez vous que les entreprises les plus performantes aujourd’hui ont développé en priorité leurs capacités à mobiliser et à amplifier le potentiel de leurs collaborateurs au sein même des équipes ? Toutes les récentes études démontrent que les gains de performance à venir, notamment dans le tertiaire se situent dans l’humain déjà en poste et dans sa capacité à développer sa motivation intrinsèque.

Thierry Pacaud, Dirigeant de Team For Development, Président du Cercle pour la Motivation a passé plus de 20 ans à accompagner les managers et leurs équipes dans leurs recherches de motivations et de performances.

atelier conference motivation

Aujourd’hui, les managers doivent changer leurs modèles de fonctionnement, s’adapter et trouver ce qui donnera les meilleurs résultats pour atteindre leurs objectifs qui eux restent inchangés !

Les organisations qui se démarquent, les dirigeants et les managers qui obtiennent les meilleurs résultats ont misés sur le développement de leurs capacités à développer la motivation interne des salariés au sein d’équipes motivées et agiles.

Ces managers-motivants utilisent, un ensemble de moyens et de connaissances que Thierry Pacaud et ses équipes ont regroupé pour l’essentiel.

Lors d’une conférence interactive d’une heure trente environ, Thierry Pacaud partagera avec vous les ingrédients du management motivant et encouragera les acteurs présents, à mettre en œuvre ces méthodes et postures simples dans votre entreprise ou auprès de leurs équipes et organisations.

Cet atelier-conférence intra-entreprise gratuit est adaptée à un public de 15 à 50 participants.

Contactez Thierry Pacaud via son site pour plus de précisions : contact

Comment donner un feedback motivant

Mieux Manager son équipe : comment donner un feedback motivant

Article paru sur : www.teamfordevelopment.fr

mieux manager mon équipe

En tant que manager ou chef d’équipe, vous avez tout intérêt à développer votre façon de faire un feedback à vos collaborateurs pour plusieurs raisons. Savoir partager avec vos équipes vos observations, vos ressentis, développera la motivation des équipes et elles gagneront en maturité d’équipe, c’est-à-dire leurs capacités à travailler plus efficacement ensemble plutôt que chacun de son coté.

Selon nous, un feedback gagne en efficacité et performance en respectant certains points que nous partageons avec vous dans cet article. Avant cela, il faut bien avoir à l’esprit que l’art du manager consistera avant toute recette à appliquer, d’être conscient que chaque individu (vous aussi !) « fonctionne » selon son propre logiciel, ainsi pour certain le plus important est avant tout de souligner ce qui « ne va pas » ou ce qu’il convient d’améliorer (un « travaillomane » selon la process com ou un « sois parfait » en Analyse Transactionnelle par ex.) alors que ce sera très différent pour d’autres personnalités qui ont besoin par ex. de s’assurer d’abord que l’autre est bien dans la relation qui s’installe lors d’un point ou d’un débriefing.

Ceci dit, il convient de préciser qu’un bon feedback en management doit motiver celui qui le reçoit, il doit aussi l’aider à améliorer ses compétences, son autonomie, sa perception positive de la relation qu’il ( ou l’équipe) a avec son manager. Cela est vrai dans tous les styles de management, du management hiérarchique (un peu ancien) au management agile. Nous parlons pour notre part de « Management Motivant« , car faire grandir ses collaborateurs et donc les motiver à être plus performant et à travailler avec plus d’autonomie et d’esprit collaboratif est bon pour tous, l’équipe, les salarié, le manager et l’entreprise.

Faire grandir ses collaborateurs : donner un feedback (positif)

Voici donc selon nos observations, les critères dont il convient de tenir compte pour améliorer votre management lors de points individuels ou d’équipe. Tout d’abord rappelons que l’anglicisme « feedback » signifie « nourrir en retour » ou « retour sur une expérience ». Le feed-back n’est donc pas « une mise au point » mais une manière de nourrir son collaborateur dans un échange circonstancié et argumenté. Rappelez vous également que vous devez amener votre collaborateur ou équipe à écouter avec attention le feedback… et l’accepter.

comment donner un feedback

  • Circonstancié : Dans un premier temps, il s’agit d’avoir une lecture objective et neutre d’une situation, d’un comportement. Cette étape consiste à partager avec le salarié une vision commune du sujet qui va être abordé et éviter ainsi les mécompréhensions.
  • Orienté action : le feed-back porte sur des actes professionnels du collaborateur et aura pour objectif de lui donner de l’information sur ce qu’il fait bien, sur ses points forts et faibles dans un esprit non jugeant. Ainsi il pourra agir en étant plus clair sur ce qu’il fait « bien » pour s’améliorer sans crainte sur ses point d’amélioration.
  • Contextualisé : Un bon feedback se donne si possible au plus prés de l’action, ainsi une célébration d’un succès sera soulignée dés que possible et si vous organiser un événement pour la célébrer, n’attendez pas trop longtemps. De la même manière, en fonction des personnalités, modulez votre manière de faire un feedback (un introverti aimera sans doute un entretien en tête à tête alors qu’un extraverti appréciera peut être de le recevoir devant l’équipe).
  • Essentiellement positif : Cela sera « difficile » pour certain, mais un bon feedback doit être surtout positif et débuter systématiquement par une lecture positive des actes du salarié. Soulignons que cela ne doit pas être juste « un passage obligé » pour le manager qui « s’en débarrasse » pour se concentrer ensuite sur le négatif ou les points d’amélioration ! Un comportement de manager motivant intégrera vraiment cette capacité à développer en lui cet intérêt sincère pour le positif dans sa lecture des événements. Ce point est essentiel car il permettra au salarié de se sentir en sécurité et de se concentrer ensuite sur les progrès identifiés. Il pourra ainsi en confiance s’appuyer sur ses points forts pour imaginer lui-même comment progresser plutôt que d’attendre de son manager la « bonne » manière de procéder…
  • Transformer les points faibles en objectifs personnels : Plutôt que de se concentrer sur ce qui ne va pas assez bien, transformez avec votre collaborateur ou votre équipe, les points d’amélioration en objectifs atteignables et motivants, acceptés par tous comme étant leurs objectif (voir cette vidéo pour une méthode éprouvée).

Voici donc quelques points qui nous paraissent essentiels pour améliorer votre management motivant. Mieux manager votre équipe et faire grandir vos collaborateurs.

Vous pouvez lire un autre article sur l’art de donner un feedback positif : ici.

Cet article est paru également dans les Echos (le cercle) :

mieux manager mon équipe

Si vous souhaitez échanger sur cet article ou si vous avez une question, nous vous proposons un échange sans engagement de votre part par courriel ou par téléphone, cliquez : ICI

Ththierry Pacaud coach de dirigeant, conseil en communication hors médiaierry Pacaud

Coach Systémique certifié (International Coach Federation), praticien en PNL & Conseiller en Communication Interne.

Président du Cercle pour la Motivation